« Sand » (musique d’exposition CENTRE de Gramoul Zlu)

CENTRE, c’est une aventure intérieure vécue par 3 êtres, un père et ses 2 enfants. Dans un monde où le couchant devient éternel, ces êtres momifiés par une vie blessée essaient de tirer toute impureté d’un récit négligé. Ce récit pourrait être notre présent. Ce récit leur échappe, comme il nous échappe.

Autre mutilation : ces êtres n’ont pas de main. Ce manque tactile brise les codes d’un consortium que nous connaissons bien. Ils n’agrippent pas, ne serrent pas la main, n’empoignent pas et n’amassent pas. Ce qu’ils ont, au plus profond d’eux-mêmes, ils le tendent aux autres, ainsi le couchant le fait à l’horizon.

Ce premier tome narre cette éternité de soi(e) dans une communauté délaissée : celles des êtres momifiés, et sans nom. Les êtres bandés prient une vierge noire, habitent des maisons et tendent vers une vie sociale. Ils errent, se cherchent sans se toucher. Un univers atypique et touchant est posé.
Quant à notre petite famille, elle va essayer de franchir quelques enceintes : s’apprivoiser avec des animaux baroques, de tenter un questionnement, et d’acheminer aux endroits interdits et mystérieux. Cette bizarrerie, cet interdit, c’est une mue pour offrir un nouveau silence, toujours plus précieux, toujours plus épuré.

CENTRE propose des dessins enfantins au sujet adulte. Les teintes sont volontairement choisies entre couleurs criardes et simplistes, pour nous évoquer la fantaisie sous les pieds de notre enfance. Jamais débordante, mais toujours présente.